blog-du-papa-de-jojo

Sweet Sweat ! Le petit sweatshirt enfant de Jojo

Julien CAMPAN

Il y a un type de vêtement que je porte quotidiennement, et je ne parle pas de caleçon ou de chaussettes bien que ce soit le cas également... Je parle du sweat-shirt !! Si vous me suivez sur Instagram, vous constaterez que j'ai toujours ou presque un sweat sur le dos ! C'est tellement pratique quand on a la flemme de s'habiller (ce qui est mon cas à peu près tous les jours !). C'est facile à enfiler, agréable à porter, à retirer, à entretenir ! Que des avantages !

Il était donc normal que je convertisse ma Jojo à ce vêtement ! Mais plutôt que de l'habiller avec des habits fabriqués par des petits chinois, je prends le parti de le fabriquer moi-même ! Et pourquoi pas les proposer aux autres gamins plus tard :)

Petit sweat chats rose pour bébés et enfants pas sages !

Trouver du tissu à sweat-shirt

Pour une fois, je procède différemment pour trouver mes tissus : d'habitude je cours - je vole - à la Place St Pierre dans le 18ème arrondissement de Paris en espérant tomber sur l'étoffe idéale, à un prix décent.

Cette fois-ci, j'avais repéré un fournisseur de tissus pour sweat-shirt au dernier salon Première Vision. Avec notamment un super motif "chats", en 3 couleurs. Mais problème : ce fabricant n'est pas français mais espagnol ! Et j'ai fait allemand deuxième langue au collège et lycée !

Non, le vrai soucis c'est que j'ai pris l'habitude d'acheter des matières en France, par engagement patriotique mais aussi pour la réactivité et les recours en cas de litige. Bref, je n'ai pas vraiment d'alternative Made in France, alors autant essayer en espérant trouver + local par la suite.

Je commande au fabricant quelques mètres de chaque motif, ainsi qu'un écru uni dans la même matière. Dans ma tête, je souhaite faire un petit sweat à manches raglan. Raglan ?? Kézako ?! C'est quand les manches remontent jusqu'au col, tout simplement.

Le point historique

D'ailleurs, je me suis intéressé à ce mot ! Pourquoi "raglan" ? Ça veut dire quoi, et en quelle langue ?! En fait, il s'agit un type, le Baron Raglan qui fut commandant des troupes britanniques lors de la bataille de Crimée en 1854. Alors que l'armée souffre de problème d'approvisionnement, le Baron propose d'utiliser des sacs à patates pour habiller les troupes : un trou pour la tête, et deux incisions de travers pour les bras. Cette "invention" porte désormais son nom ! Comme quoi, il suffit de peu pour entrer dans l'histoire de la mode !

Ce qui est assez paradoxale, c'est que la coupe de manches raglan tombe toujours parfaitement bien ! On a PAS l'impression d'être habiller avec ... un sac à patate justement ! Et à fabriquer, c'est hyper simple !

La couture du sweat

Avoir le bon tissu c'est bien, mais il me faut un modèle : j'ai besoin d'un patron. Pour faire simple, je reprends le patron du t-shirt que j'avais dessiné avec le logiciel Valentina (la note dans laquelle j'en parle est ici). Au final, un sweat n'est rien d'autre qu'un t-shirt à manches longues, avec du bord-côte aux extrémités ! J'entends déjà les puristes hurler :)

Bref, je modifie un peu le patron pour avoir les manches raglan, puis j'imprime les différentes pièces du puzzle !

Entrée en jeu de la Surjeteuse

Ça fait un petit moment que je n'ai pas utilisé ma surjeteuse ! Pour celles et ceux qui débarquent, une surjeteuse est une machine à coudre qui coupe, assemble et surfile le tissu... en une étape ! C'est également l'outil à avoir pour coudre des matières élastiques, comme le tissu à sweat, ou le jersey des t-shirt.

Un petit test sur une chute de tissus pour m'assurer que les réglages sont bons, et c'est parti !

La couture de ce sweat est franchement rapide. Avec seulement 10 coutures en tout et pour tout ! En comparaison, il en faut plus d'une 100aine pour une Superlipopette ! La seule petite difficulté est peut-être au niveau du bord-côte.

Le bord-côte, c'est la bande élastique à chaque extrémité d'un sweat-shirt, ou d'un bomber. La problème provient de l'élasticité du bord-côte. Il faut prendre la bonne mesure pour que ce dernier ne baille pas, et ne soit pas trop serré non plus. Les pros préconisent une valeur de bord-côte de 0.8. C'est-à-dire que pour une ouverture de 10 cms, il faut 8 cms de bord côte, tout simplement. La magie de l'élasticité fera le reste !

Finalement, après quelques petits ajustements, le sweat est terminé ! Tests grandeurs nature, avec un vrai enfant ! Nous partons avec Jojo jouer au parc, histoire de constater que les coutures ne grattent pas, et que le vêtement est pratique ! Ça serait un comble de faire le premier sweat-shirt inconfortable de l'histoire ! Le Baron Raglan serait déçu !


Article précédent Article suivant


Commentaires