blog-du-papa-de-jojo

Le retour du Paletot de Jojo !

Julien CAMPAN

Dans un monde idéal, nous vivrions nus et nous gambaderions dans les champs à la recherche de coquelicots, juste rassasié par la chaleur du soleil et la caresse du vent.

Comme ce monde idéal n'existe pas (encore), il faut s'habiller ! Et je ne sais pas si vous avez remarqué, mais en ce moment c'est un peu le bazar pour choisir ses fringues le matin en se levant. Un coup d'oeil à travers la fenêtre n'aide en rien la sélection de la tenue idéale pour la journée. Pluie le matin et soleil l'après-midi, ou l'inverse. C'est un calvaire !

Couture d'un manteau enfant !

Pour palier à cet inconvénient du mieux possible, il faut revenir aux techniques de grand-mères : mettre un manteau, une "petite veste", histoire de pas chopper un gros rhume.

Lors de ma dernière réalisation de paletot (c'est ici si vous l'avez raté !), le choix des couleurs n'était pas génial car une fois terminé, on aurait dit un costume d'un lutin du Père-Noël. De plus, le modèle n'avait ni doublure, ni poche... La tannée !

Modification du patron de base, et amélioration du modèle

Du coup j'ai repris le patron-papier, et j'ai travaillé ! Puisque je maitrise à peu près Valentina (un logiciel de patronage), l'occasion est de mettre au propre le modèle sur l'ordinateur, pour ensuite pouvoir le graduer et le faire évoluer. Je rajoute les poches au modèle existant, j'ajuste un peu l'ensemble (il était un peu grand par endroit, et le col était ridiculement large pour la petite tête de Jojo). Au final, c'est 2 heures les yeux rivés sur l'écran pour obtenir la version numérique du patron-papier ! Beaucoup de boulot, mais ça permet vraiment de gagner du temps par la suite.

Pour ce nouveau Paletot, fini le vert et le rouge ! Je pars sur une valeur sûre : une étoffe 100% laine bleu nuit, damier noir (30€/m chez Dreyfuss), et une doublure de petites fleurs bleues sur fond blanc genre Liberty (5€/m aux coupons de St Pierre). À l'intérieur des manches, la doublure est en viscose bleu marine (10€/m chez Tissus Reine). Le biais bleu marine à 2€/m, et j'ai rajouté un passe-poil rouge (1,50€/m). Je garde les mêmes boutons, à savoir les espèces de Fraises Tagada !

En avant la couture !

La découpe se passe sans problème. La laine est épaisse, mais pas si difficile à tailler. J'angoisse cependant un peu pour la couture. Car même si ma machine n'a jamais rechigné à passer de nombreuses couches de tissus, l'opération cette fois-ci est inédite : si mes calculs sont bons, il y aurait 7 épaisseurs dont 3 en laine... Bon, au pire faudra changer de machine... Au mieux ça sera juste une aiguille de tordue !

Début de l'assemblage : la construction est relativement basique : je commence par le dos du vêtement, puis il faut s'occuper de la fente à l'arrière. La doublure vient ensuite. Rien de particulier, c'est le même manteau qu'il faut réaliser à "l'envers". Les bords du tissus sont cachés par le biais, qui longe tout le vêtement. Ça évite de coudre endroit sur endroit et de retourner le manteau. En outre, ça ajoute une touche d'élégance à la pièce. Mais c'est parfois un peu la galère car autant coudre un biais sur une ligne droite est assez évident, dès qu'il y a des arrondis ou des angles c'est une autre paire de manches !

Puis vient le moment de monter le col, et toutes les épaisseurs de tissus et de biais ! L'opération se passe bien, si on met de côté les 2 aiguilles tordues pour l'occasion ! Ce sont les risques du métier et au moins la machine n'a pas été "désynchronisée" comme ça m'était arrivé précédemment...

Au final, ce petit paletot version 2 est beaucoup plus abouti : un stylisme plus chic, une vraie doublure contrastante, l'ajout d'un passe-poil autour des poches et du col. Bref, c'est vraiment mieux ! Qu'en pensez-vous ?


Article précédent Article suivant


Commentaires