blog-du-papa-de-jojo

La petite Robinette

Julien CAMPAN

J'ai des passions bizarres, j'en suis conscient ! J'adore par exemple faire les courses au supermarché du coin. Je me balade dans tous les rayons, je regarde les nouveaux produits même si je sais que je ne les achèterai jamais ! Je déambule le coeur ouvert à l'aventure. Dans le Monoprix à côté de chez moi, il y'a un rayon presse assez incroyable, avec une multitude de titres parlant de trucs dont je n'aurai pas imaginé l'existence ! Les trains miniatures, le scrapbooking, les mots croisés force 6. Et au milieu de tout ça, un magazine dont j'avais entendu parler, mais que je n'aurai jamais cru trouver ici : Burda Style.

La promesse du journal est d'offrir 50 modèles en tous genres, principalement femme. Même carrément femme ! Car sur les 70 pages du magazine, seules 2 sont consacrés aux hommes, et 2 aux enfants...

Et dans le numéro 196 (Avril 2016), les pages consacrées aux modèles enfants me tapent à l'oeil ! Sur le thème marin, Burda Style propose 2 petites robes trapèzes très sympa, et visiblement pas hyper compliquées à réaliser. Une aubaine ! C'est l'été, il fait beau et très chaud en ce moment, et plutôt que d'aller acheter une robe trop chère dans le commerce qui aura été cousue par une petite indienne ou une pauvre malgache, autant la faire à la maison avec le tissu qui traine !

Avant de commencer à coudre, il faut encore piger comment fonctionne Burda Style ! Et comme toujours avec cette marque, c'est le bazar ! Au centre du journal se trouve une planche à patrons multicolore, imprimée recto/verso. Des numéros de toutes tailles sont disséminés partout, dans tous les sens. C'est compliqué de s'y retrouver !

Le but du jeu est de repérer sur la planche les différents numéros des éléments qui composent la robe qui m'intéresse. Il y'a intérêt à être concentré parce qu'il serait fâcheux de décalquer une pièce d'un modèle qu'il n'a rien à voir !

Je parviens néanmoins à extraire les 8 pièces, dans la taille la plus petite (104 - 3ans). Jojo est loin de faire ces mensurations, du coup je décide de réduire de quelques centimètres le patron. C'est une robe marine - certes - mais ça serait dommage qu'elle nage dedans ! 

La découpe des différents morceaux de la robe dans les tissus commence : je choisis de la confectionner dans une étoffe bleue avec des petites ancres et barres de navire blanches. Le col, le contour des poches ainsi que l'extrémités des manches sont découpés dans un coton blanc uni.

Place à la couture ! Au risque de me répéter au fil des posts, les explications de Burda sont d'une déconcertante régularité : c'est incompréhensible ! Peu importe le modèle ou le support, je ne sais pas si ça vient de la traduction ou si c'est parce que je suis trop débile pour comprendre, mais à chaque fois je passe de longues minutes à lire, puis relire, et relire encore dans l'espoir de capter le sens des phrases écrites noir sur blanc sous mes yeux ! Mais rien n'y fait, c'est toujours un peu au pif que je procède, et c'est souvent que je dois découdre une partie du travail parce que je me rends compte d'une bêtise que je viens de faire !

Tout serait tellement plus simple dans un monde où Burda parlerait la même langue que moi !

Bon, au final cette petite Robinette est assez simple à confectionner. Un petit tour dans la surjeteuse, un petit coup de machine à coudre. J'en viens à bout en 45 minutes, couture des boutons incluse ! Le résultat est très satisfaisant pour un premier jet. Il manque peut-être une doublure, ou un fond de robe pour la rendre vraiment bien. Mais l'idée est là !

Avec un petit chapeau de paille et des sandales, le look bord de mer en plein été, c'est le top !


Article précédent Article suivant


Commentaires